Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 20:34
La route des vacances

Écrit et illustré par Éric Battut

Aux éditions autrement, 2014

Prix : 13, 95 euros

A partir de 5 ans

Chat et Chien (c'est leur nom) vivent en liberté sur une île merveilleuse en compagnie de leur congénères. Comment sont-ils arrivés là ? Au terme d'un long périple, qui a commencé sur la route des vacances, où le patron et la patronne les ont abandonnés. Ils ont fait taire leurs différends, se sont débrouillés pour survivre, se sont mis d'accord sur une destination, réglant au passage leur compte au patron et à la patronne en les séquestrant dans leur caravane, ont découvert la mer, pris le bateau et ont mis pattes à terre. Tout est bien qui finit bien.

Oui, mais nous sommes dans une belle histoire joliment colorée, où les animaux se tirent d'affaire comme de joyeux aventuriers. Et cette île merveilleuse n'existe que sur le papier. En revanche, les « patrons » et des « patronnes » qui « oublient » leurs animaux sur le bord des routes, eux, n'appartiennent pas à la fiction, pas plus que « les chiens et les chats perdus, abandonnés, sans laisse ni collier ». Ce décalage avec la réalité, loin de la faire oublier, la rend au contraire plus révoltante. La petite vengeance de Chien et Chat est bien dérisoire comparée à la lâcheté dont font preuve tant de propriétaires d'animaux devenus objets encombrants dont on se débarrasse au moment des vacances. Les grandes migrations estivales sont tous les ans synonymes de surcharges dans les refuges, et, hélas, d'euthanasies. Les bénévoles qui se battent contre ces comportements lamentables se sentent démunis par leur multiplication. Les enfants qui liront l'histoire imaginée par Éric Battut se poseront forcément des questions, et peut-être sauront-ils mettre les adultes face à leur responsabilités quand ils se rendront compte que leur animal de compagnie n'est pas un jouet.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 21:06
Mon chien entend bien

Corinne Lovera Vitali et Mathis

Aux éditions Thierry Magnier, 2009

Prix : 12, 70 euros A partir de 4 ans

Une petite fille s'interroge sur la capacité de son chien à entendre et comprendre ce qu'elle lui dit, et à agir en conséquence. Exemples et démonstrations à l'appui, elle examine les différentes circonstances de la vie quotidienne qui lui permettent d'arriver à la conclusion que son copain à grandes oreilles, à moins d'une conformation particulière de son cerveau, dispose d'une ouïe fortement sélective et d'un libre arbitre certain. En tous cas, sa philosophie a l'air de lui réussir : « Mon chien entend bien surtout ne pas s'embêter. Ne pas être embêté et n'embêter personne ». Pas si bête !

Lorsque Corinne Lovera Vitali et Mathis s'associent pour donner vie à un album, ils produisent une petite merveille d'humour qui doit autant au texte qu'aux illustrations. Il y a quelque malice dans la prétendue démarche scientifique de la jeune protagoniste qui mesure les oreilles de son chien à l'aide d'une règle et l'utilisation de petits pois pour figurer l'emplacement de son cerveau. Les expressions accessibles à la compréhension canine sont aussi choisies avec beaucoup d'espièglerie. On apprécie tout autant le pacte d'amitié insolite qui conclut cette brillante démonstration, à laquelle sont certainement parvenus nombre d'amis des chiens.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 16:52
Étranges créatures

Écrit par Critobal Leon et Cristina Sitja Rubio

Illustré par Cristina Sitja Rubio

Aux éditions Notari, 2013

A partir de 4 ans

Prix : 19 euros

Cet été là, les animaux de la forêt organisent une petite fête pour tromper l'ennui. Mais après s'être bien amusés, de retour chez eux, quelle n'est pas leur stupeur de constater que leurs maisons ont disparu ! D'étranges créatures s'en sont emparé et refusent de les restituer. Ces maisons leur apportaient pourtant abris, confort et nourriture. Sans elles, ils ne peuvent survivre. Ces maisons, ce sont les arbres de la forêt, et les étranges créatures qui les ont coupés, ce sont les hommes. Alors,ne parvenant pas se faire comprendre par ces êtres indifférents aux autres espèces, les animaux sauvages ont recours à leurs animaux de compagnie pour les convaincre de réparer les dommages qu'ils leur ont causés.

Comment faire comprendre aux enfants combien il est nécessaire de préserver les habitats des animaux sauvages pour leur permettre de survivre ? Ce sujet pourrait paraître bien abstrait. Pourtant, en prêtant aux animaux dépossédés de leurs foyers des mœurs humaines, il devient possible, pour le jeune lecteur, de saisir ce que signifie concrètement pour eux leur cadre de vie. Il ne peut leur échapper qu'ils ont, tout comme les humains, des besoins à satisfaire et que nul ne peut se permettre de les négliger. C'est pourquoi les arbres de cette histoire sont assimilés à des maisons. Ceux qui se les sont appropriés sont qualifiés d'étranges, s'arrogeant des privilèges exorbitants, tant leur comportement s'écarte du respect des équilibres naturels et du droit pour tous aux moyens de leur subsistance. Le rôle de médiateurs, attribué aux animaux de compagnie, achève de rétablir le lien rompu entre les diverses créatures qui peuplent ce monde. Le plan imaginé par les animaux repose sur le pari que la prise de conscience de leurs méfaits entraîne les humains vers un changement de comportement. On est en droit de les trouver bien optimistes, mais il y a un début à tout... Et ce pourrait être un bon début, car ce sujet compliqué est traité avec une concision remarquable et des illustrations pleine page parfaitement inscrites dans l'imaginaire enfantin.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:00
Un amour de chien

Écrit et illustré par Vladimir Radunsky

Traduit de l'anglais par Laurence de Maindreville

Aux éditions Circonflexe, 2009

Prix : 13 euros

A partir de 4 ans

La scène se passe dans un parc. Un drôle de petit chien hirsute, perdu et sans collier, est à la recherche de l'humain avec qui il fera la paire. Une drôle de petite fille, seule et sans amis, voudrait bien un chien pour lui tenir compagnie. L'un et l'autre voient passer devant eux des duos humain-chien bien assortis, mais qui ne leur ressemblent pas. Jusqu'à ce que leurs chemins se croisent et qu'une évidence s'impose : ces deux-là sont fait pour s'entendre et tombent dans les bras, et les pattes, l'un de l'autre.

Sur un principe simple, la succession des couples étonnants formés par les humains et les chiens qui se sont trouvé des affinités, cette petite histoire traite de l'étroite relation qui unit les uns et les autres. Au petit chien, la page de gauche, et la traduction de ses observations sur les humains exprimées en langage canin, à la petite fille, la page de droite et ses commentaires sur les chiens qui pourraient devenir ses amis. Modes de vie, tenue vestimentaires ou jeux sont représentés avec beaucoup d'humour comme marques de complicité entres les personnages des deux espèces. Cependant, aucune singularité ne semble distinguer nos deux héros en quête d'amitié. C'est sans doute que leur coup de cœur mutuel, bien plus profond que les apparences, tient à la simplicité contenue dans cette présentation imprimée au dos du livre : « C'est une histoire sur les enfants et les chiens pour que les enfants et les chiens la lisent ensemble. Et aussi pour les parents et les autres animaux. » Et pour conclure, un petit clin d’œil, l'auteur aux côtés de sa « chienne érudite ».

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 14:26

couv Kiki

 

 

Écrit et illustré par Ronan Badel

Aux éditions Sarbacane, 2013

Prix : 14,90 euros

A partir de 6 ans

 

 

Passer son temps, seule, à regarder la météo à la télévision, telle est la principale distraction de Rosalie, depuis la mort de son mari. Mais voici que son quotidien s'illumine soudain avec l'arrivée de Kiki, un chiot offert par son fils. Kiki et Rosalie rient ensemble, se promènent ensemble, se régalent ensemble. Mais Kiki prend des kilos et les voisins s'en offusquent. Un dernière bêtise, et la police intervient. Le gros animal se retrouve à la fourrière, avant d'être fort heureusement adopté par une famille avec maison, jardin et copains chiens. Rosalie, elle, part en maison de retraite. Malgré des conditions de vie correctes, chacun se languit de l'autre. Cependant, il y a encore des râleurs dans les parages de la nouvelle famille de Kiki. Elle décide donc de déménager afin d'élire domicile à proximité de voisins aux oreilles trop âgées pour percevoir bruits et aboiements. C'est ainsi que Rosalie et Kiki se retrouvent, après cette longue et triste séparation. Alors, tous les pensionnaires de la maison de retraite sont gagnés par leur joie de vivre et se mettent à rire eux aussi en compagnie des amis canins de Kiki.

 

Attendrissant, hilarant, intelligent, convaincant, cet album est une totale réussite du très doué Ronan Badel. Bien que les sujets de la solitude des personnes âgées, de l'intolérance et de l'égoïsme n'incitent par à sourire, ils sont traités avec un humour capable de susciter l'intérêt des enfants . Il ne leur échappera pas que l'amour des animaux est une puissante raison de vivre pour qui souffre d'isolement et d'ennui, comme cela arrive souvent à l'âge de la retraite et du veuvage. Les scènes de rigolade et les embrassades entre le gros chien et la vieille dame sont irrésistibles de drôlerie. Quand le crayon se fait caustique pour égratigner les mines grincheuses des voisins acharnés à détruire leur bonheur, il trace en revanche avec douceur le décor mélancolique qui environne les amis séparés. En lisant « Rosalie aime Kiki et Kiki aime Rosalie, et ils se moquent bien de ce que peuvent penser les autres », on approuve cette généreuse déclaration, mais elle est bien vite rattrapée par l'impitoyable réalité. Les autres ont le pouvoir de leur nuire. Finalement, on ne peut que se réjouir de leurs improbables et providentielles retrouvailles.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 21:44

couv Pitchou

Ecrit et illustré par Sara

Aux éditions Rue du monde, 2014

Prix : 17 euros

A partir de 4 ans

 

 

D'où vient ce petit chien déposé par une grosse vague sur la plage ? Nul ne le sait, mais comme il est sorti d'un sac dans lequel il était enfermé, on devine aisément ce qui lui est arrivé et à quoi il vient d'échapper. Jeune et inexpérimenté, il fait ses premiers pas sur le rivage et remonte, depuis son estuaire, le cours d'une rivière. La nature lui offre son lot de surprises, parfois effrayantes, trompeuses ou bien opportunes. Un voix mystérieuse semble le guider vers son destin. Il la suit. Et le voici arrivé là où la rivière se fait torrent, dans cette montagne aux apparences si hostiles qu'il croit sa fin arrivée. Mais sa bonne étoile est toujours là, et voici enfin, au bout de son périple, des amis pour l'accueillir et lui réchauffer le cœur.

 

La profonde tendresse de Sara pour les chiens, un de ses sujets favoris, est sans doute aux origines de l'émotion dégagée par ses illustrations en papiers déchirés. Cette technique, qu'elle maîtrise à merveille, fait surgir des pages l'intensité du moment et la fragilité de la vie en mouvement. Le petit chien, perdu dans un décor qui le dépasse, est confronté au surgissement de silhouettes aux contours à la fois nets et confus. La magie opère, et on se retrouve courant à ses côtés, habités par ses perceptions, animés des mêmes sentiments.

Maltraité, méprisé, utilisé, apprécié ou choyé, les chiens sont pour les humains des compagnons de longue date, à tel point que leur vie dépend étroitement de leurs comportements à leur égard. Le petit animal de cette histoire passe de mains cruelles en mains bienveillantes, mais hélas, tous n'ont pas cette chance. Suivons Sara sur ses traces de papier coloré et accordons notre attention à ceux qui en ont besoin. Ça fait tellement de bien d'avoir à ses côtés un petit Pitchou... ou un bon gros toutou !

 

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 18:56

couv cerise griotte

Écrit et illustré par Benjamin Lacombe

Aux éditions du Seuil, 2014 

Prix : 5,90 euros        

A partir de 6 ans                    

 

 

 

Un peu boulotte et pas très bien dans sa peau, Cerise n'a plus sa maman et vit seule avec son père, qui s'occupe d'une fourrière. C'est là qu'arrive un jour une petite chienne Shar Pei qui, elle, semble flotter dans sa peau trop grande pour elle. Ces deux là sont faites pour s'entendre. Alors, l'attachement de Cerise pour sa nouvelle amie, qu'elle a nommée Griotte, lui donne le courage de répondre aux attaques et moqueries des autres enfants : ce n'est plus elle qu'il s'agit de défendre, mais sa petite protégée. Mais Cerise est inquiète : elle ne pourra garder Griotte que si personne ne vient la réclamer au bout d'un mois. Et c'est bien ce qui finit par arriver. Pourtant, ce ne sera pas pour Cerise la catastrophe qu'elle redoutait, bien au contraire....

 

Cerise observe le monde et a appris à cacher ses émotions. Petite fille sensible elle se réfugie dans sa solitude, ses livres et ses rêveries. Grâce au métier de son papa elle vit au contact des animaux, des êtres qui ne la jugent pas et dont elle prend le plus grand soin. Sa rencontre avec une chienne au physique, à l'image du sien, particulier, lui permet de trouver en elle-même des ressources insoupçonnées. Le rôle de l'animal familier dans l'évolution d'un enfant en souffrance psychologique trouve ici une interprétation très réussie, même si le « happy ending » force un peu le trait démonstratif. Les illustrations pleine page, hautement expressives, comptent pour beaucoup dans l'émotion qui se dégage des scènes de vie, moments essentiels des relations entres les différents personnages. Parmi eux : les échanges de regards et moments partagés entre Cerise et Griotte ne laissent aucun doute quant à la profondeur et à la force de leur amitié.

           

 

 

 

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 21:12

couv grande dune

Écrit et illustré par Max Ducos

Aux éditions Sarbacane, 2014

Prix : 16,50 euros

A partir de 8 ans

 

 

Difficile de parler de ce magnifique album sans en dévoiler le « mystère ». La « dune » laisse présager la proximité de l'océan. Et c'est en effet l'un de ses plus fameux habitants qui est au centre de ce mystère. Un habitant en péril. Lui qui a une solide réputation de sauveteur depuis les temps anciens va cette fois devoir sa survie à l'intervention d'un jeune garçon, lui-même alerté du danger par un autre fidèle ami de l'homme. Nous avons donc : un dauphin échoué pris au piège d'une baïne, un chien errant et débrouillard, un enfant curieux et astucieux, mais incapable de mener à bien son entreprise de sauvetage sans la participation des personnages rencontrés avant d'arriver sur les lieux du drame. Tout cela se combine très bien pour reconstituer une aventure extraordinaire sur le ton d'un souvenir d'enfance merveilleux et inoubliable auquel la minutie des illustrations et le contexte géographique précis confèrent une réalisme digne d'un reportage sur le vif.

 

Neptune est le nom du dieu des océans , mais c'est aussi celui que le jeune héros donne au chien  de cette histoire sans qui cet extaordinaire sauvetage n'aurait pu avoir lieu. Car à la fin , le dauphin retrouve sa liberté, et le chien se lie d'amitié avec le compagnon qu'il a su se choisir. Cette belle histoire de solidarité et cette conclusion optimiste sont très agréables à lire, mais si on se laisse prendre par l'émotion, peut-on pour autant lui accorder une entière crédibilité ? Ce comportement du chien recherchant de l'aide pour un animal d'une autre espèce auprès d'un humain peut laisser dubitatif. Et pourtant, des cas de sollicitude comparables ont réellement pu être observés.  Ils font naturellement partie des éléments qui fragilisent la prétendue singularité de l'humain dans le monde animal. Mais l'émerveillement qu'ils font naître, si bien restitué par le narrateur de cette histoire, est certainement un moyen d'accès à une meilleure prise en compte de la sensibilité de chaque être vivant.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 21:26

couv chat personne

Ecrit et illustré par Amandine Thomas

Aux éditions Mango jeunesse, 2013

Prix : 12,90 euros

A partir de 4 ans

 

 

Ce chat-là est la terreur du quartier : il aime la bagarre, le désordre, et ne s'attache à personne. Cela aurait pu durer encore longtemps si une petite fille, l'ayant remarqué, n'avait décidé de s'en faire un ami. Il faut dire qu'elle a beaucoup de patience et de détermination, car avec cet animal farouche, ce n'est pas gagné d'avance. Or il se trouve que sa persévérance finit par attirer l'attention du petit sauvage qui, ne la voyant pas revenir à sa rencontre, part à sa recherche. Lorsqu'il la retrouve enfin,  il comprend la raison de son absence : malade, elle est obligée de rester dans son lit. Et c'est là que le chat qui n'était à personne s'installe enfin jusqu'à sa guérison. Peut-être même pour un peu plus longtemps...

 

Les chats sont réputés pour leur caractère indépendant, et lorsqu'ils ont décidé de jouer l'indifférence, ils savent se montrer convaincants. Mais on n'est pas obligé d'y croire ! Les connaisseurs du monde félin ne s'y laissent d'ailleurs pas prendre. Et oui, les chats sont des amis exigeants, ils veulent savoir à qui ils ont affaire. Celui de notre histoire est une version à peine exagérée de leur côté baroudeur apprivoisé. La façon dont elle se conclut est sans doute très proche du vécu de ceux qui ont réussi le test de l'amitié féline. Leur pouvoir de guérisseur n'est pas une pure invention et leur compagnie est souvent précieuse pour les malades et les enfants fragiles. D'ailleurs, un certain Orféo pourrait bien se reconnaître dans ces lignes... Et il a encore bien des congénères soignés et nourris dans des refuges qui attendent... d'être à quelqu'un.

 

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 16:54

Alouette

Écrit et illustré par Martine Bourre

Aux éditions Didier Jeunesse, collection Pirouette, 2014

Prix : 11,50 euros

A partir de 3 ans

 

Alouette, gentille alouette... Dès les première notes chacun se remémore la comptine. Mais attention, Martine Bourre va bousculer quelque peu nos souvenirs avec cette version très personnelle de ce qui attend cet oiseau, bien trop « gentil » selon elle pour être plumé et mangé. Car l'habile et sensible artiste préfère bien évidemment, sous les traits d'une petite dessinatrice en papier découpé, le croquer du bout de ses pinceaux. C'est ainsi que s'élabore peu à peu son portrait, la tête, et les yeux, et le bec (et le bec)... jusqu'à ce qu'il soit prêt à s'envoler vers le ciel.

 

Tandis que sur la page de gauche un chœur d'oiseaux hétéroclite et joyeux entonne la chanson qui donne vie à l'alouette, sur la page de droite, une petite fille sur fond jaune soleil manie crayon et pinceaux, ajoutant un à un les éléments de son corps. Par contraste, la mise à mort de l'oiseau, anodine dans le texte original, apparaît soudain, sous l'air guilleret qui l'accompagne, comme une cruauté gratuite et banalisée, que l'on enseigne pourtant innocemment aux enfants. Martine Bourre s'en est émue, et on peut la comprendre. Elle précise, sur la dernière page : « En France, l'alouette est une espèce chassée. On estime que 1,3 millions d'alouettes sont tuées chaque année. L'oiseau est pris vivant dans des pièges grillagés ou au filet. On le fusille aussi en l'attirant avec un leurre tournoyant : le « miroir aux alouettes ». La population de ces petits oiseaux est en baisse continue en Europe occidentale de puis 1970. » Alouette, gentille alouette...

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article