Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 21:36

9782226229687FS

Dans son laboratoire, la jeune chercheuse Isabel Duncan se passionne pour l'étude des facultés d'apprentissage des bonobos. Entre elle et eux se sont tissés des liens très fort. Cependant, des activistes de la condition animale critiquent par d'incessantes manifestations aux portes de l'établissement le bien fondé de son travail. Lorsqu’Isabelle, victime d'un attentat qui détruit le laboratoire et cause la disparition des singes, se retrouve à l'hôpital, leur responsabilité ne fait pas de doute. Deux journalistes, aux méthodes bien différentes, sont envoyés par leur rédaction pour rendre compte de ce drame. Bientôt,  les singes font leur réapparition dans une émission de télé réalité. L'un des journalistes, John, en s'impliquant personnellement dans cette affaire, découvre finalement les véritables motivations du principal collaborateur, et fiancé, d'Isabelle et les dessous d'un scandaleux trafic d'animaux. Le meneur des dangereux activistes, pour sa part, se révèle bien moins caricatural et beaucoup plus sensé que les apparences ne le laissaient croire. Finalement, Isabel pourra rétablir une relation de confiance avec ses amis bonobos dans un sanctuaire, entourée d'être humains sincères et réellement dévoués. On peut imaginer que l'adaptation des singes à la vie sauvage aurait été rendue impossible par leur intégration un environnement façonné par l'homme.

Sara Gruen, connue surtout pour son livre adapté au cinéma « De l'eau pour les éléphants » consacre son travail d'écrivain à la cause animale. « La maison des singes », mené sur un rythme soutenu, est une lecture facile et motivante. Les bonobos, souvent décrits comme les plus proches cousins de l'homme, aptes à l'acquisition d'une forme de langage, nous interrogent sur la nature de la barrière que les hommes établissent entre eux et les autres animaux.

Le sujet du livre évoquera sans doute à certains l'engagement de certaines primatologues, dont la célèbre Jane Goodall.

 

La maison des singes

Écrit par Sara Gruen

Traduit de l'Anglais (USA) par Valérie Malfoy

Aux éditions Albin Michel, 2011

19,90 euros

A partir de 14 ans

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 21:33

9782700032376FS

A la suite d'une panne, la jeune Laure s'égare  dans  l'étrange « Val des granits », accompagnée de son chauffeur, M. Bamadaud.  Là, des animaux qui furent tués par ce dernier, reprenant vie au rythme d'un invisible tambour, se jettent sur eux et les attaquent. Parvenant à s'échapper, ils sont soignés à l'hôpital de Bername, la ville voisine. Mais le danger les menace à nouveau. Ce ne sont plus des revenants, mais des animaux vivants qui se regroupent et attaquent en masse les humains. Sylvère, un jeune « jantoïste »  hospitalisé, s'enfuit avec Laure et son chauffeur dans un ancien zoo vidé de ses occupants par le Dr Axel Molka, qui s'est longtemps battu en vain contre les autorités pour la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles et devant être traités comme tels.

C'est là que Bhamtra, le grand-père de Sylvère, révèle à Laure, « Lorca », son destin : elle possède, grâce à sa voix exceptionnelle, des pouvoirs qu'il lui appartient de découvrir et d'utiliser pour l'accomplir. Mais les Borundés qui entourent le Dr Molka , issus d'un peuple possédant des connaissances les rendant maîtres des animaux, se montrent terriblement dangereux. Laure leur échappe, puis retrouve son frère et sa grand-mère. Ensemble, ils quittent la ville détruite par l'armée décidée à arrêter à tout prix la progression des meutes et des troupeaux révoltés. Jacques Grollet, un ancien soigneur du zoo, organise avec eux l'évacuation des survivants. Laure entraîne dans leur déroute Gabs, un perroquet bavard avec qui elle s'était liée d'amitié dans une animalerie. Leur fuite les conduit à nouveau au Val des granits, où tout a commencé par le rythme lancinant d'un tambour dont ils découvrent l'origine.

 

P.B. Charcot imagine qu'en outrepassant leurs droits à l'encontre des animaux, les humains ont rompu un pacte par lequel ils leur seraient liés. L'auteur présente à nos yeux horrifiés l'image inversée du massacre qu'ils infligent sans états d'âme aux autres espèces. Bername a été choisie car  elle concentre à elle seule un nombre considérable de laboratoires, abattoirs et autres lieux de supplices qui se déroulent à l'abri des regards.

Mais le pouvoir de la fiction romanesque réveille les consciences endormies par la banalisation de la violence, la Société Protectrice des Apparences cesse d'exister. Chaque personnage entretient avec les animaux, par sa fonction, une forme particulière de relation : soigneur, vétérinaire, savant engagé dans leur défense...et nous interroge finalement sur notre propre comportement. Oserons-nous gagner en force ce que nous perdons en confort pour prix de notre lucidité ?

 

Les chants interdits

Tome 1 – La fille qui chante

Ecrit par P. B. Chercot

Aux éeitions Gründ, collection Gründromans, 2011

14, 90 euros

A partir de 14 ans

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 21:29

9782848653822FS

Lorsqu'il installe à Springfield avec son vieux père malade, Sean Hopper ne connaît personne. Mais son petit voisin, Bud, abandonné par sa mère et élevé par sa Grand Ma indienne ne tarde pas à s'intéresser à lui. C'est par sa voix que nous faisons peu à peu connaissance avec ce personnage détesté de tous et que nous découvrons les circonstances tragiques qui ont bouleversé son existence. Cet homme qui exerce sans états d'âme le métier de tueur dans l'abattoir local va connaître une expérience hors du commun lors d'un accident de voiture qui changera complètement son point de vue sur la vie et ses rapports avec les êtres vivants.

La description sans concessions de la dureté des relations humaines, l'intrusion dans la réalité des abattoirs, la sensibilité touchante avec laquelle Bud témoigne de son besoin d'affection et l'exprime à travers les liens qu'il crée avec les animaux font ce de livre une lecture captivante. Le récit s'interrompt quant la parole hésitante de Sean tente de traduire l'étrangeté de son aventure intérieure. Chacun construit ses défenses pour surmonter ses épreuves, mais à la fin, celles-là se révèlent plus destructrices que l'acceptation de la réalité, car elles éloignent de soi-même. Cependant, en mettant en présence ces solitaires meurtris, la vie leur offrira finalement une nouvelle chance de bonheur.

Après avoir obtenu le prix des lycéens allemands avec son Chevalier B. où le héros se révoltait contre les horreurs de l'élevage industriel, Martine Pouchain ajoute à la percutante collection Exprim' un titre qui bouscule la tranquilité des jugements hâtifs. Elle lui préfère la lucidité d'une sensibilité assumée qui vient à bout de la violence aveugle. Sa démonstration est brillante et convaincante et invite le lecteur à cultiver lui-même la maîtrise de ses choix.

 

La ballade de Sean Hopper

Ecrit par Martine Pouchain

Aux éditions Sarbacane, collection Exprim', 2010

Prix : 15,50 euros

A partir de 14 ans

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 21:24

9782266195195FS

Les dragons, tout le monde la sait, sont des monstres terribles, destructeurs et affamés. C'est en effet ce qu'à lu Kenny, le petit lapin, dans un des livres de son ami Georges le libraire « Le bestiaire royal de sa majesté », au chapitre « Dragons ». Il en était donc persuadé jusqu'à sa rencontre avec Grahame, dragon énorme et recouvert d'écailles, effrayant et aussi très affamé, certes, mais de soufflés, de carottes glacées, de purée de pommes de terres et surtout, surtout, de crème brûlée, dessert très facile à réussir par un dragon, il est vrai. Seulement voilà : Kenny est le seul à le savoir. Face à lui, tout le village s'organise pour partir à la chasse au monstre, y compris Georges, qui a reçu du roi la mission de mettre l'intrus hors d'état de nuire.

Kenny n'a pas de difficultés à faire changer ses parents d'avis au sujet de son nouvel ami, avec qui il partage le goût des arts et de la littérature. Mais avec les autres habitants de Rond-le-Ruisseau, c'est plus compliqué. Cette entreprise périlleuse lui donne la sensation d'avoir « des cailloux dans le ventre », mais aussi la « flamme » nécessaire pour défendre une juste cause en s'opposant aux préjugés et à l'hostilité de la foule. Un habile stratagème lui permettra de retourner la situation avec la complicité de sa famille, et même de Georges, son ami de toujours, qui sait si bien le comprendre. C'est ainsi que le roi, lui aussi, révisera son opinion sur Grahame et l'invitera à partager au palais sa fameuse Tarte Autrichienne à la Framboise.

Les amateurs de Fantasy reconnaîtront le style de l'un des auteurs des célèbres Chroniques de Spiderwick qui met dans la bouche de son dragon cultivé et raffiné des paroles à méditer : « J'ai plaisir à découvrir le monde et ses merveilles, pas à le détruire », ou encore « J'ai toujours vécu selon cette maxime : vivre et laisser vivre ». Car cette jolie histoire pleine de charme n'est pas aussi innocente qu'il y paraît, et sèmera, n'en doutons pas, quelques graines de sagesse dans le cœur des « petits lapins » qui la liront.

 

Kenny & le dragon

Ecrit et illustré par Tony DiTerlizzi

Traduit de l'Anglais (Etats Unis) par Florence Budon

Aux Editions, collection  Pocket Jeunesse, 2010

A partir de 9 ans

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 20:59

     9782700232295FS 


De Linda Moller

traduit de l'Anglais par Anne Bataille

Illustré par Emmanuel Chaunu

aux éditions Rageot (collection romans), 2006

Prix : 6,45 €

A partir de 9 ans

 

Élevé loin de sa famille car trop maigrelet pour intéresser les fermiers, le cochon Petit Lard cherche à rejoindre sa ferme natale. Il y parvient avec l'aide d'un renard, mais c'est pour y apprendre par le chat que ses douze frères et sœurs, grandis dans l'ignorance, sont destinés à finir en jambons. Petit Lard organise alors leur évasion. Seulement, la liberté n'est pas facile à conquérir, il faut apprendre à se nourrir et à se cacher, car Mr Taggerty, le fermier, a lancé un avis de recherche pour les retrouver.

Affrontant la fatigue d'une longue marche, brouillant la piste d'un renard poursuivi par des chasseurs qui devient leur allié, pactisant avec des corbeaux, la petite troupe de fuyards arrive enfin en lieu sûr : La ferme « sans »'espoir., retournée à l'état sauvage après avoir été abandonnée par ses anciens propriétaires. Mais voici que la ferme est rachetée par un jeune couple, Nick et Polly, qui semble plein de bonnes dispositions à l'égard des sympathiques cochons. Loin d'eux l'idée de les transformer en jambons ! Au contraire, ayant retrouvé les Taggerty, ils les leur rachètent et se retrouvent avec treize cochons laboureurs aussi efficaces et bien moins chers qu'un tracteur.

 

Si Petit Lard doit son nom à l'évaluation d'une fermière qui ne peut apprécier que ses qualités alimentaires, ses frères et sœurs ont été nommés par leur mère, une truie nostalgique d'un monde qu'elle n'a pas connu, mais qui existe peut-être : Aubépine, Buisson, Brouillard, Prairie... Son rôle consiste à donner naissance à des portées de porcelets successives que la bétaillère emporte pour un voyage sans retour.

Ne connaissant de l'existence que l'ennui d'un enclos sans autre distraction que des repas insipides, les cochons fugueurs découvrent la griserie de la liberté en même temps que ses dangers. Ils reçoivent l'aide d'animaux d'autres espèces qui, ayant déjà eu affaire aux humains, ont appris à s'en méfier et possèdent l'expérience de la vie sauvage. Les dialogues imaginés entre eux par l'auteur sont plein d'un humour que l'on retrouve dans les illustrations, mais aussi de sagesse. Les cocasses déboires du fermier Taggerty, dépassé par les événements, pimentent cette aventure au dénouement heureux pour tout le monde. Au delà de la fantaisie propre au récit, on appréciera le regard porté sur ces cochons, des animaux intelligents, affectueux et expressifs.

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article