Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 14:30

couv Man Su

 

 

 

 

 

 

Écrit par Sophie Guiberteau

Illustré par Véronique Joffre

Aux éditions Chan-Ok

Collection d'ici et d'ailleurs, 2011

 

Man-Su, jeune orphelin, est élevé par sa grand-mère. A la disparition de celle-ci, il s'applique à suivre son conseil : partir en suivant son chemin et sa bonne étoile. Il en choisit une dans le ciel, dont la présence amicale guide ses pas. Peu à peu, des animaux le rejoignent dans son périple, fuyant un sort hostile, en quête de jours meilleurs. La petite équipe arrive enfin en vue d'une colline, qu'un couple attaché à cette terre s'est toujours refusé à quitter. Il accueille avec joie les nouveaux-venus dans leur maison et les invite à s'installer, heureux de voir la vie revenir animer leur village déserté.

 

Cet album plein de fraîcheur plonge le lecteur dans l'atmosphère paisible que distillent ses douces illustrations. Le bienveillant petit Man-su est si attachant que l'on prend plaisir à partager son bonheur, construit peu à peu au gré de ses rencontres. On peut trouver dans cette histoire d'animaux en fuite un écho du conte Les musiciens de la ville de Brême. Mais point de brigands à chasser dans cette version asiatique, et néanmoins universelle. Chacun des protagonistes est le bienvenu pour les autres et entre eux règne la solidarité. L'homme et la femme, qui ont veillé avec soin sur leur montagne et se nourrissent de ce qu'ils y cultivent, offrent à l'enfant et aux animaux qui l’accompagnent un cadre de vie harmonieux avec lequel ils ont créé des liens affectifs. Le village abandonné qui revit est une belle image de ce pourrait être un monde confiant, comme le petit Man-Su au grand cœur, dans sa bonne étoile.

Repost 0
Published by libr
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 20:23

couv meneuse

 

 

 

 

 

 

Les compagnons au loup – 1

Écrit par Anne Ferrier

Aux éditions Oskar éditeur, 2012

A partir de 11 ans

 

Enfant illégitime, Ysane a été abandonnée en forêt par l'intendant de son grand-père, qui n'a pu se résoudre, selon son ordre, à la tuer. Recueillie par une guérisseuse avec le louveteau contre lequel elle l'a trouvée blottie, elle se retrouve, à son décès, livrée à la haine des villageois qui, la traitant de sorcière, veulent l'envoyer dans un couvent. Mais elle refuse d'être séparée de Loup, qui réussit à s'enfuir, tandis qu'elle est enfermée dans une grange. Grâce à l'intervention de Gabriel le jongleur, elle retrouve son compagnon et sa liberté. Tous trois partent alors gagner leur vie de saltimbanques par les chemins qui les conduisent à la cour du Duc de Bourgogne. Cependant, quand le corps mutilé d'une servante est retrouvé, tous les soupçons se portent vers la jeune fille accusée de sorcellerie en raison de la complicité qui la lie à un animal sauvage. Gabriel et Loup restent à ses côtés dans la fuite et les épreuves que leurs imposent leurs ennemis. Pour prouver son innocence, Ysane doit absolument découvrir qui est le vrai coupable du meurtre. Lorsqu'elle y parvient, elle apprend enfin la vérité sur son passé et démasque ceux qui avaient intérêt à la faire accuser. C'est une nouvelle vie qui s'ouvre devant elle : celle d'une héritière à la tête de son domaine et de son château.

 

Le cadre médiéval de cette aventure qui ne manque pas de rythme se réfère à des personnages historiques réels et aux mœurs de cette époque. On y trouve des descriptions vraisemblables de la vie de cour et du rôle des ménestrels. L'auteur met dans les scènes d'action et de combat une énergie qui les rend très visuelles et en restitue efficacement la violence. La solidarité qui unit les trois amis n'en paraît que plus précieuse. Face aux superstitions, à l'arrogance des puissants et à la brutalité menaçante de la foule, Ysane et Loup incarnent le courage et la liberté. Leur amitié dérange car elle met en doute l'hostilité et la méfiance ancestrale entre les hommes et les loups. En effet, cette confrontation n'est pas nouvelle, car le loup a toujours été un animal très présent dans les contes et les légendes, incarnant les aspects les plus troubles des comportement humains. Ce choix s'explique sans doute par une certaine proximité qui met les deux espèces en concurrence : vie de meute ou de famille, sociabilité, solidarité, organisation hiérarchique... Les histoires d'enfant élevé par un loup, illustrées par le célèbre mythe des jumeaux fondateurs de Rome, participent de cette ambiguïté. Alors que l'animal, omniprésent au Moyen-Age, a été complètement éradiqué du territoire français et peine à y retrouver une place, notre imaginaire s'enrichit grâce à une meilleure connaissance de l'espèce et s'oriente vers des relations pacifiées, comme celle de Loup et Ysane, que seuls les personnages incultes ou malveillants de ce livre considèrent comme un être maléfique et une sorcière.

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 19:54

 

couv respecterEcrit par Florence Pinaud

Illustré par Anne-Lise Combeaud

Aux éditions Actes sud junior (A petits pas), 2013

Prix : 12, 70 euros

A partir de 10 ans

 

En dressant le bilan de nos rapports avec les animaux depuis la nuit des temps, ce documentaire éclairant réussit à faire le tour de cette vaste question avec des explications simples et précises et un vocabulaire accessible aux jeunes lecteurs, même lorsqu'il traite de sujets scientifique complexes. Il met en perspectives les comportements humains à travers l'Histoire et la diversité des cultures, et met en évidence l'évolution d'un intérêt croissant pour le sort des animaux parallèlement l'intensification de leur exploitation. En citant ses sources et par ses nombreuses références, il engage le lecteur à élargir ses connaissances, et retient son attention par une multitudes d'anecdotes étonnantes et significatives.

 

On retrouve dans ce livre les qualités pédagogiques de la collection  A petits pas, sur un sujet de plus en plus présent dans les débats actuels sur la préservation du vivant. Si la défense des animaux trouve aujourd'hui un certain écho, ses premiers instigateurs demeurent méconnus du grand public. Le livre leur rend justice, tout comme il souligne l'influence de certains penseurs ou scientifiques sur la culture de leur époque ou de leurs pays. On constate ainsi une évidente évolution dans la façon dont les animaux sont perçus par les sociétés humaines, et certains traitements qui leur ont été infligés nous semblent désormais totalement insupportables : on ne condamne plus les chats noirs au bûcher ! En revanche, l'élevage industriel et l'érosion des habitats naturels sont pour les espèces domestiques ou sauvages de nouvelles atteintes qu'elles ont à subir à grande échelle.  Cependant, de récentes découvertes sur les comportements et compétences des animaux accompagnent le regain d'intérêt que soulèvent ces questions. Alors qu'une double page affiche avec une certaine ironie « les mauvaises raisons pour ne rien changer », le livre se conclut par un hommage aux défenseurs des animaux, qui donne quelques raisons d'espérer en  la poursuite favorable de cette évolution des mentalités.

Une lecture à compléter en s'abonnant au blog de l'auteur : http://unzoodanslatete.fr/

Repost 0
Published by libr - dans Documentaire
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 20:30

couv edgar

 

 

 

 

 

 

 

Ecrit par Hortense Cortex

Aux Editions Thierry Magnier (Petite poche), 2004

Prix : 5,10 euros

A partir de 8 ans

 

La garde alternée, c'est une situation que connaissent bien des enfants. Sandra vit chez sa mère et ne voit sont père que deux fois par mois et pendant les vacances. Donc, quand elle s'aperçoit qu'Edgar, son canard, va mal car il ne se plaît pas dans l'appartement qu'elle partage avec sa maman, elle ne peut se résoudre à le rendre à son papa qui habite la campagne : il lui manquerait trop. Heureusement, son copain Thomas dispose d'un jardin et lui propose de le garder du lundi au vendredi pour lui permettre de se refaire une santé. Son père est bien sûr d'accord avec cette solution : il affirme adorer le canard à l'orange. Mais Sandra ne comprends pas qu'il s'agit d'une plaisanterie : il a tellement l'air d'un ogre ! Alors, elle se fait du souci pour Edgar. Et quand Thomas doit lui rendre son compagnon, pour lequel il a été aux petits soins, c'est à son tour de s'inquiéter. Alors, quelle famille choisir ? Edgar sera finalement assez « grand » pour trouver lui-même la réponse.

 

Beaucoup d'humour et un petit clin d’œil aux enfants de couples séparés dans ce court roman construit autour de l'attachement des enfants à un animal de compagnie, inhabituel et sympathique : Edgar le canard. Tous deux veulent également son bonheur, mais supportent mal la séparation lorsque c'est un autre qui veille sur lui. Ne serait-ce pas ce que ressentent les parents, eux que l'on a parfois tellement de mal à comprendre : qui pourrait croire que le papa de Thomas, ce géant doté d'une grande barbe, est en réalité un inoffensif végétarien ne cherchant nullement à engraisser Edgar et à manger son foie, et comment se fait-il que la maman de Sandra rende le canard à Thomas, après s'être énervée contre lui ? Et si Edgar avait, à son tour, envie de fonder une petite famille ? C'est une évidence à laquelle les enfants sont bien obligés de se rendre, pour le bonheur de tous.

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 19:31

couv histoires naturelles

 

 

 

 

 

 

Écrit par Jules Renard

Illustré par Léon Guichard

Aux éditions Flammarion (GF), 2010

Prix : 3,80 euros

A partir de 10 ans

 

En 1896 naissent, sous la plume de Jules Renard, les très belles Histoires Naturelles, qui seront mises en musique par Maurice Ravel. En quelques lignes, ou dans une courte narration, l'auteur trace le portrait vivant et sensible de la faune sauvage ou domestique qui évolue sous ses yeux. Un rare sens du détail et de l'observation, une langue précise et élégante, donnent à chaque sujet une présence vibrante d'émotion. Le noble cerf comme le répugnant crapaud accèdent à la même dignité, que leur confère le talent de l'auteur. Son imagination fertile, capable de transformer des gouttes de pluie en « perles d'eau », s'apparente à la poésie qui se glisse parfois dans les mots d'enfants, empreints d'humour et de fraîcheur créative, maîtrisée par l'art de l'écrivain.

 

Un regard attentif, capable de saisir l'infime et précieuse pulsation de la vie dans chaque être, est ce qui caractérise cette œuvre. Un regard capable de se défaire des préjugés communs, grâce auquel l'écrivain se fait l'avocat des espèces calomniées (cochon, crapaud, chauve-souris...) et  interroge le rôle convenu que l'humain s'attribue face aux animaux (celui de l'éleveur, du chasseur, du pêcheur...). Il est sans doute important de considérer que le monde dont parle Jules Renard n'avait pas encore connu les mutations survenues dans le nôtre après « la grande boucherie » de 1914-1918, les exterminations massives de 1939-1945, la mécanisation de l'agriculture, le remembrement, l'urbanisation et l'expansion démographique, qui ont forcément changé notre approche de la vie, et de la mort. L'auteur possède une proximité avec la nature que nombre d'entre nous ont perdu et que certains tentent de reconquérir, sur la base de relations nouvelles. Jules Renard, s'adonnant lui-même, non sans quelques scrupules, à la chasse et à la pêche, trace quelques pistes de réflexion, lorsqu'il parle du chagrin causé par la mort d'un animal. Suivons les derrière lui, l'esprit aux aguets : Dédèche, le petit chien euthanasié, l'a été, non parce qu'il souffrait, mais parce qu'il causait du désagrément à ses maîtres. Brunette la vache meurt, entourée de la sollicitude et des regrets de toute une famille (qui la destinait, n'est-ce pas, à l'abattoir ?). Le chasseur tire le lièvre au gîte, et reconnaît, un peu tard, sa lâcheté. Monsieur Vernet, affligé par la souffrance du gibier, puis des poissons, cesse la pêche après avoir cessé la chasse : préserver la vie annoncerait donc la « sagesse » comme une « perte du goût de vivre » ? Une prometteuse amorce de débat philosophique sur un sujet qui intriguera les jeunes lecteurs.

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 16:18

 

couv peppino

 

 

 

 

Écrit et illustré par Pascale Bougeault

Aux éditions L'école des loisirs (lutin poche), 2001

Prix : 5,60 euros

A partir de 4 ans

 

Lucette aime tendrement Peppino. Elle lui prodigue soins, attention et nourriture. Peppino apprécie, c'est dans sa nature de cochon. Aussi, lorsque son ami disparaît, Lucette est dans tous ses états et se lance à sa recherche. Chemin faisant, elle rencontre de nombreux mécontents, décidés à punir le cochon fugueur des dégâts qu'il a occasionnés sur son passage pour satisfaire son irrépressible gourmandise. Mais au moment où le coupable va se faire prendre, il échappe in extremis à son sort grâce à l'intervention d'un terrifiant génie, qui dévoilera sa véritable identité, cachée sous ce déguisement... à sa fille.

 

On l'aura compris, Peppino occupe une place de choix dans le cœur de Lucette, comme dans celui de son papa. Ce cochon là est d'agréable compagnie, et il n'est pas question de le « transformer en saucisson », malgré ses bêtises. La ruse du papa pour sauver sa couenne, à la fois naïve et amusante, signe un pacte de grand complicité entre lui et sa fille. Peppino a bien de la chance de vivre dans  cette sympathique et accueillante famille ! L'humour des dessins, qui situent cette histoire sous les tropiques, le style randonnée et le texte rimé plairont beaucoup au jeunes enfants qui comprendront aisément l'attachement de Lucette à cet ami turbulent et affectueux.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 17:41

couv chien chaussettesEt autres questions farfelues sur le comportement des animaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Caroline et Martine Laffon

Illustré par Anne Simon

Aux éditions De La Martinière jeunesse, 2008

Prix : 15,10 euros

A partir de 10 ans

 

 

Comme l'indique si bien son titre, cette petite encyclopédie de comportements animaux aborde des questions, en apparence farfelues, en réalité pertinentes, voire récurrentes dans la bouche des enfants. Un sommaire annonce les 91 sujets auquel le lecteur peut se rendre au gré des ses envies. Chacun est traité sur une seule page, les informations étant délivrées en cours paragraphes aérés, organisés autour d'une illustration humoristique, suivant un cheminement matérialisé par des pointillés depuis le titre en gros caractères évoquant une écriture enfantine. Leur diversité correspond bien au foisonnement que génère la curiosité enfantine : il ne s'organise ni selon les milieux ou les espèces, sauvages ou domestiques, mais rebondit, comme elle, sans relâche, en quête d'explications. Un index thématique en fin d'ouvrage sera cependant utile à ceux qui ont une recherche précise à faire.

 

Mais comment ces questions peuvent-elles refléter l'intérêt réel des enfants ? Leur choix montre qu'elles correspondent à celles qu'ils se posent à travers leurs interactions avec les animaux, ou en comparant leurs propres comportements avec ceux qu'ils observent chez eux. Parfois, elles abordent des problèmes sociaux (Les animaux font-ils la guerre?), ou philosophiques (Les animaux savent-ils qu'ils vont mourir?) qui concernent l'humanité tout entière. Les réponses sont argumentées, et même, sans complaisance pour cette dernière : «  On ne parle pas de guerre animale car on n'a pas observé, chez les animaux, une intention de tuer pour tuer. L'homme est le seul capable d'organiser des guerres destructrices. Pas de quoi se vanter ! », « En fin de compte, cela nous arrange peut-être de penser qu'un poulet, un bœuf, un cochon ne savent pas qu'on les envoie à l'abattoir, pour être tués quelques minutes plus tard et finir dans notre assiette ». La grande réussite de ce livre, outre d'avoir satisfait la curiosité du lecteur, est de l'avoir entretenue et développée, afin qu'elle poursuive gaiement son questionnement au delà des préjugés confortables ou de l'indifférence paresseuse.

Repost 0
Published by libr - dans Documentaire
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:06
couv gustave
 
 
Écrit par Claire Babin
 
Illustré par Olivier Tallec
 
Aux éditions Adam Biro, 2004
 
Prix : 8, 50 euros
 
 
Immobile à la fenêtre de sa chambre, Gustave observe le manège des oiseaux qui tournoient dans le ciel. Absorbé par sa contemplation, il s'amuse à croire que ses bras deviennent des ailes. Cela suffit à faire décoller son imagination. Le voici lui-même transformé en oiseau ! Il expérimente le vol, sent le vent dans ses plumes, exerce ses pattes et son bec. En compagnie d'une hirondelle de rencontre, il approche au plus près des oiseaux d'autres espèces et s'intéresse à leurs activités. Mais voici que son papa le rejoint dans sa chambre. Gustave manque de mots pour lui décrire l'intensité de son expérience.
 
 
L'originalité de cet album réside dans l'idée de ne faire qu'un de l'observateur et de son sujet d'observation. L'imagination abolissant les frontières entre espèces, le petit Gustave, dans toute la fraîche curiosité de l'enfance, est un témoin actif qui va au delà du regard posé par le scientifique sur la nature. Il est à l'écoute de ses sens et de ses émotions, rendant sensibles les informations qui sont données à la fin du livre sous forme pédagogique. C'est pourquoi on peut dire que ce livre s'inscrit parfaitement dans une démarche d'éveil adaptée aux capacités d'empathie du public auquel il est destiné.
 
Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 20:18

couv-vole-chien.gif

 

 

 

 

 

Ecrit par Roselyne Bertin

Aux éditions Rageot (Heure noire), 2009

Prix : 7.30 euros

A partir de 10 ans

Lorsque sa chienne Zoé disparaît, Arthur ne peut croire à une fugue. Les recherches de ses parents ne donnant aucun résultat, la gendarmerie tâchant de le rassurer, il ne voit par d’autre solution que de poursuivre lui-même son enquête, avec l’aide de ses copains. Campagne d’affichage, exploration systématique des environs, visite des sites d’annonces sur internet occupent ses vacances. Mais lorsqu’enfin Arthur découvre que Zoé, ainsi que d’autres chiens et chats, a été volée pour être revendue par des escrocs, ses talents de marathonien, qui font sa célébrité au collège, ne suffisent pas à lui permettre de leur échapper.

La force du lien qui unit Arthur à sa chienne est parfaitement traduite par la description de l’état émotionnel du jeune garçon à la disparition de Zoë. Comme ses copains, on se sent de tout cœur avec lui. Son enquête, qui le met sur la trace de trafiquants d’animaux, attire l’attention sur le scandale bien réel d’un commerce très mal encadré. Les petites annonces n’en sont que la face visible, l’autre est encore  plus sordide que celle racontée dans cette histoire d’escroquerie. Elle est faite de chiennes élevant portée sur portée dans des conditions misérables, de chiots mal sevrés, dont beaucoup meurent faute de soins, de détentions sordides et de transports éprouvants. Nombre d’associations œuvrent pour mettre fin à ces pratiques. Elles n’y parviendront qu’avec la vigilance de tous, les enfants n’étant pas les moins motivés pour les y aider !

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 20:32

couv forêt paresseux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Sophie Strady

Illustré et réalisé par Anouck Boisrobert et Louis Rigaud

Aux éditions Hélium, 2011

Prix : 15,90 euros

A partir de 6 ans

 

A la fois livre jeu et livre animé, cet album invite le lecteur à rechercher le paresseux, petit animal accroché aux branches des arbres qui se dressent à chaque page tournée, par un ingénieux système de pop up. La forêt intacte du début est peu à peu rasée par des engins, jusqu'à ce que, tous ses habitants ayant fuit, il ne reste plus que le paresseux désormais bien facile à repérer. Mais heureusement, il réussit à échapper au désastre grâce à l'intervention d'un humain qui répare les dégâts causés par ses congénères. La forêt repousse, les animaux peuvent enfin regagner leur habitat naturel.

 

Voici une pure merveille qui réussit à  évoquer avec subtilité un sujet dramatique : la destruction de la forêt tropicale. Le choix du paresseux situe l'action dans le continent américain. Sa douceur et sa placidité contrastent avec la brutalité des machines de mort. En se mettant à sa recherche, le jeune lecteur est amené à s'intéresser à son sort, tandis que le danger se fait de plus en plus menaçant au fil des pages. La déforestation, pareillement révoltante sur chaque continent, y est causée par des motifs différents : plantation de palmiers à huile, utilisation du bois pour l'ameublement, papeterie... Le cas particulier de l'Amérique du sud, évoqué ici, concerne plutôt l'implantation de zones de pâturages pour d'immenses troupeaux ou de cultures de soja pour l'alimentation du bétail, destinées à fournir de la viande au monde entier. Face aux énormes intérêts financiers en jeu, la vie du petit paresseux ne pèse pas lourd. Aux enfants qui demanderont pourquoi on détruit sa forêt, il ne sera peut-être pas facile d'expliquer que leur steak ou leur yaourt y sont probablement pour quelque chose, mais ça pourrait bien les intéresser. D'autant que la fin de l'histoire incite plus à l'espoir et à l'action qu'au défaitisme.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article