Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 20:44

couv jour des poules

Ecrit par Florence Thinard

Aux éditions Thierry Magnier, 2013

Collection En voiture Simone

Prix : 6,90 euros

A partir de 9 ans

 

Lassée de la malbouffe et indignée par les conditions de vie des poules en batterie, Maryse, une mère de famille, décide d'installer son poulailler à domicile et de profiter des œufs « faits maison » qui en sortiront. Avec une détermination sans faille, elle entraîne dans l'aventure mari et enfants, les impliquant dans l'achat des animaux et la construction de leur domaine. Prêts à toutes les audaces et passés maîtres dans l'art du bricolage, ils concrétiseront leur projet. Mais, faute de connaissances dans cette nouvelle entreprise, ils apprendront à leurs dépends que poules et poussins ne sont pas de tout repos, ravagent le jardin et menacent la tranquillité du voisinage.

 

Un certain Poulet fermier, précédemment cité dans ces pages, ayant récemment prêté sa plume à Agnès Desarthe, c'est au tour de Florence Thinard de nous initier à l'art volailler. Elle le fait avec un humour ébouriffant, se moquant gentiment de l'enthousiasme débordant, et néanmoins redoutable, dont peuvent faire preuve certaines personnes d'excellente volonté, comme la Maryse de cette histoire. On rit beaucoup et on comprend que l'auteur est devenue experte en la matière par la pratique, lors d'épisodes comme le nourrissage des poussins, le sauvetage des fleurs ou les démêlés entre poules belligérantes. Cette expérience éthologique pourrait faire douter de la sympathie inspirée spontanément par de charmants poussins qui s'affirment en grandissant comme des oiseaux au tempérament bien trempé. Mais l'intention de Maryse, heureusement couronnée de succès, est louable, puisqu'elle cherche, tout en nourrissant sa famille, à leur offrir de meilleures conditions de vie qu'à leurs congénères produits par l'industrie agro-alimentaire. Si l'un d'eux devient coq, c'est qu'il n'a pas été trié et éliminé tout petit par broyage ou étouffement comme le veut une filière qui ne conserve que des femelles pondeuses, et on est bien content pour lui ! Encore plus content quand, loin de vouloir le passer à la casserole, la famille l'amène à la campagne couler des jours heureux. C'est que, selon Maryse : « On ne donne pas de nom aux animaux d'élevage. Sinon ce sera plus dur quand il faudra les... les... ». On devine la suite. Et on peut raisonnablement imaginer l'issue que pourrait prendre l'initiative suivante : « Un animal intelligent, familier, qui produit cent kilos de bonne viande en se nourrissant de détritus... Un cochon ! » Ce que c'est que de sortir les animaux de leurs emballages...

 

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 17:17

couv objectif campagne

Pars en expédition     

Ecrit par Marc Giraud                       

Aux éditions Delachaux et Niestlé jeunesse, 2009  

Prix : 25, 30 euros

A partir de 9 ans

 

Documentariste, animateur télé, écrivain et surtout passionné de nature, Marc Giraud a réalisé ce foisonnant et néanmoins très accessible documentaire selon un concept particulièrement original qui lui donne presque des allures de jeux de rôles. Les univers que recouvrent le terme de « campagne » étant aussi multiples que variés, l'auteur les caractérise d'après leur milieu, plus ou moins influencés par la présence humaine, du bord du chemin jusqu'à la ferme. Il propose à ses lecteurs, pour les parcourir, de s'identifier au portrait qui leur ressemble le plus : guide, botaniste, entomologiste, zoologiste ou éthologiste. Ainsi mis en situation, le jeune explorateur dispose non seulement d'un ouvrage théorique qui regorge d'informations, mais également d'un manuel pratique pour s'immerger dans la découverte de la vie méconnue et pourtant toute proche de la campagne qui l'entoure. Une méthode étonnante, captivante et réjouissante.

 

Afin de faciliter la compréhension des informations apportées, l'auteur a recours à des rapprochements faciles à saisir entre comportements humains et animaux. Il affûte le sens de l'observation en attirant l'attention sur des choses aussi banales qu'une bouse de vache ou un pissenlit. La nature devient alors le passionnant théâtre d'une série d'aventures dont on ne se lasse pas de suivre la progression. Qui aurait pu deviner, par exemple, qu'environ 120 espèces animales gravitent autour de l'ortie ? Comment imaginer que les ombellifères, comme la carotte sauvage, constituent de véritables pistes d'atterrissage pour les insectes, avec balisage intégré ? Les échanges entre les différents protagonistes de la vie sauvage prennent tous leur sens, et lorsque l'humain intervient, les critiques sur les conditions d'élevage nuisibles aux animaux ou la destruction des habitats ne sont pas épargnées. En revanche, la manière de bien nourrir et caresser un cheval ou une vache est parfaitement expliquée, schéma à l'appui ! On perçoit dans les conseils donnés et les activités proposées dans ce livre un souci constant de respecter les êtres sensibles qui font le bonheur de ce scientifique avisé.

 

Repost 0
Published by libr - dans Documentaire
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 12:15

couv Monamour

Ecrit et illustré par Babette Cole

Aux éditions Seuil jeunesse, 2001

Prix : 11,70 euros

A partir de 5 ans

 

 

Quand on s'appelle Monamour et que l'on est le chien chéri de la famille, que faire lorsque soudain un nouveau petit humain accapare toute l'attention de vos humains préférés ? Ignoré, délaissé, incompris, oublié, Monamour s'en va chercher ailleurs l'affection perdue. Il la trouve auprès d'une bande de chiens des rues efflanqués, monte avec eux un casse (croûte) qui tourne mal et se retrouve bouclé en fourrière en compagnie de ses complices. Heureusement, les humains préférés, s'étant aperçu de la disparition de leur toutou bien aimé, le retrouvent en cette fâcheuse posture et le ramènent à la maison. Enfin... pas seulement lui.

 

Monamour, truculent toutou, permet à Babette Cole d'user de sa verve habituelle pour faire le tour quasi complet d'un vaste sujet : l'amour sous toutes ses formes et dans ses diverses expressions. Le  décalage entre l'affirmation de ce qu'il doit être et ce que vit l'optimiste petit chien sollicite la connivence amusée du lecteur. Comment ne pas succomber au charme de ce désopilant animal, ainsi qu'à celui de ses infortunés congénères, auxquels la facétieuse illustratrice prête d'attendrissantes mines  patibulaires ? Les retrouvailles de la famille rendent hommage à tous les corniauds au grand cœur qui trouvent leur place dans celui des humains bienveillants, ainsi que dans leurs foyers.

 

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:37

couv nuage

Ecrit et illustré par Marcelino Truong

Aux éditions Hachette / Gautier Languereau, 2003

Prix : 14 euros

A partir de 5 ans

 

Fleur d'eau et son canard blanc nommé Nuage vivent dans un petit village vietnamien. Tous deux sont inséparables, jusqu'au jour où la petite fille reçoit en cadeau un grillon chanteur qui accapare  son attention. Se sentant délaissé, Nuage décide de partir vivre sa vie sur l'eau, comme il sied aux canards. Mais il a mal jugé sa maîtresse, prête à prendre tous les risques pour le retrouver. Elle craint surtout que d'autres qu'elle ne voient en son animal de compagnie l'occasion de faire un bon repas. Cependant, ceux auprès de qui elle s'enquiert de lui, forgeron, marchande de soupe, pêcheur, se font les alliés de sa quête. Et c'est finalement l'intervention fortuite du petit grillon, cause de la triste décision de Nuage, qui le sauve de la poigne d'un marin chinois prêt à le transformer en marinade pour l'équipage de son bateau.

 

Précédemment évoqué sur Libr'animo dans Edgar, d'Hortense Cortex, et tout récemment dans Un chien pas comme les autres, de Fiona Roberton, le canard, improbable animal de compagnie, est  ici le protagoniste d'une histoire ancrée dans les traditions et cultures du Vietnam. L'affection de la petite fille qui part à sa recherche et le rassure sur la place qu'il occupe dans son cœur le sauve de la casserole d'un cuisinier chinois. Mais l'homme est moins ému par les supplications de la fillette que  par le chant d'un autre animal, plus discret : un grillon, enfermé dans une petite boîte, comme le veut la coutume. Lui aussi fait partie, à sa façon, du cercle des animaux que les humains admettent en leur compagnie, pour leur agrément. L'émotion esthétique prime chez l'homme, bientôt suivie par le souvenir de l'attachement qui le liait, enfant, à un petit animal de son espèce. Le sentiment qu'il éveille lui fait épargner la vie du canard.

Heureusement pour lui, Nuage échappe à la menace culinaire, car il est revendiqué par Fleur d'eau comme étant « son » canard.  Le banquet de fête donné en son honneur exclut même le canard du menu, ce qui peut sembler assez cocasse. Or l'histoire ne dit pas quels animaux sont servis aux convives : le chien n'est pas à exclure des traditions locales même si ce plat s'avérerait tout à fait déstabilisant pour un lecteur occidental s'affirmant omnivore !

Alors, où se situent les différences entre animaux sauvages, de compagnie, comestibles, d'agrément, en fonction de la culture et du libre arbitre de chacun ? Nuage brouille les subtilités de ces nuances.

 

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 20:40

couv John Browne

Écrit par Jenny Wagner

Traduit par Christian Poslaniec

Illustré par Ron Brooks

Aux éditions Il était deux fois, 2008

Prix : 14,50 euros

A partir de 4 ans

 

Depuis qu'elle est veuve, Rose vit dans la douce et chaleureuse compagnie de son chien nommé John Brown. Bien que pleinement satisfaite par le bonheur de leur vie à deux, Rose prête un soir attention à un chat qui rode autour de sa maison. Elle manifeste bientôt son souhait de l'accueillir dans son foyer douillet. Pourtant, John Brown, compagnon fidèle mais exclusif, ne l'entend pas de cette oreille. Rose trouve cependant le moyen de le faire changer d'avis, et bientôt, un ronronnement nouveau complète la tendre quiétude de leur vie.

 

On est immédiatement séduit par le classicisme un peu rétro des illustrations pleines du charme apaisant qui imprègne l'ambiance de cette histoire simple et touchante. Rose, vieille dame au grand cœur, allie douceur et obstination. La parole, prêtée pour la circonstance à un chien doté, par ailleurs, d'un patronyme, fait ressortir chez lui une réaction aussi bien humaine que canine, à laquelle s'ajoute la prétendue hostilité entre chien et chats, qui n'a rien, reconnaissons-le, de systématique. Patiente et pacifique, la stratégie d'approche du félin, ici, noir comme la nuit qui l'environne, témoigne d'une fine observation de ses congénères tout en mystères et séduction. Surtout, les bienfaits de la cohabitation des humains et des animaux sont mis en évidence par la richesse et la profondeur des relations entre les trois protagonistes. Une interprétation sensible, un album inoubliable.

 

Une petite précision d'ordre pratique : éviter l'erreur de Rose qui croyant bien faire, donne du lait au chat. C'est pas du tout bon pour sa santé !

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 18:06

couv chien pas comme les autres 

Ecrit et illustré par Fiona Roberton

Aux éditions Circonflexe (Albums), 2013

Prix : 13 euros

A partir de 4 ans

 

Comme beaucoup d'enfants, le petit Henri rêve d'avoir un chien, sans nul doute, le compagnon idéal. Aussi passe-t-il une petite annonce qui tombe sous les yeux d'un canard solitaire. Comme lui aussi cherche de la compagnie, il entreprend le voyage vers le petit garçon, espérant, sous un déguisement approprié, répondre à ses attentes. Et c'est ce qui arrive, jusqu'au moment où, au cours d'un jeu, le déguisement de chien s'éparpille, laissant apparaître le canard. Henri va-t-il tout de même garder pour ami cet animal aussi surprenant qu'inattendu ? Et pourquoi pas, car Samy le canard, tout bien considéré, est vraiment un compagnon idéal.

 

Quels sont les critères qui déterminent une amitié ? Bien malin qui saura répondre à cette question. Henri, lui, pense avoir la réponse, et dresse un portrait très précis du compagnon idéal. Or la réalité vient lui démontrer que ses désirs étaient fondés sur des idées préconçues et dépasse même ses espérances. Cette astucieuse démonstration est réalisée par Fiona Roberton avec un dessin simplissime et un humour imparable, s’amusant des clichés qui collent à la peau des animaux, et surtout, des qualités qu'ils sont censés posséder pour plaire aux humains. (Selon les cas, ils deviendront animaux de compagnie, ou… probablement bloc de foie gras.) Relevé par une bonne dose d'imagination enfantine, le personnage de Samy bouscule quelque peu les frontières qui délimitent d'ordinaire les espèces en fonction de leur utilité pour l'homme (celui-ci est fait pour ceci, cet autre pour cela). Il révèle au contraire les qualités que possède en soi chaque animal. Il faut bien la persévérance candide d'un enfant comme Henri pour surmonter les préjugés ambiants et apprécier la vraie nature d'un canard qui, même s'il ne parle, après tout, qu'en faisant « coin-coin », n’en est pas moins digne de respect, voire d’affection.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 17:00

couv poulet fermier

Ecrit par Agnès Desarthe

Illustré par Anaïs Vaugelade

Aux éditions L'école des loisirs (Mouche), 2013

Prix : 8,50 euros

A partir de 8 ans

 

Fils de fermier, Douglas Dumordu a toujours été plus doué pour les études que pour le travail de la terre. Aussi à la mort de son père, le jeune homme décidé malgré tout à prendre sa succession, fait-il tout de travers, malgré sa bonne volonté. Son entourage s'en inquiète, et particulièrement son voisin, car Miranda, sa fille, et Douglas ont décidé de se marier. Miranda intervient alors pour sortir son fiancé de ce mauvais pas. Elle lui conseille de se lancer dans le « Poulet fermier ». Douglas s'empresse de suivre son conseil... à sa façon, bien sûr. Bientôt tout le village est en émoi à cause d'un certain Ernest. Lequel pourtant, par l'efficacité de son travail, rend à la ferme sa prospérité. Mais qui est Ernest ? Le poulet « fermier », bien sûr !

 

Avec cette réjouissante fantaisie littéraire, Agnès Desarthe s'amuse à prendre au pied de la lettre l'expression manifestement galvaudée de « poulet fermier », qui n'est plus dans ce texte une volaille élevée à la ferme, mais un oiseau capable de prendre en charge tous les travaux qui incombent d'ordinaire au paysan. Ce tour de passe-passe sémantique est possible grâce à la touchante naïveté de Douglas, jeune homme qui découvre, sous son regard candide, un univers familier pour son entourage, mais de lui inconnu. On rit de ses maladresses, mais Miranda est la première à lui reconnaître des qualités rares. Avec une désarmante sincérité, il démontre à ses voisins que leurs rapports avec leurs animaux prouvent qu'ils leur reconnaissent une réelle sensibilité : ne leur arrive-t-il pas de leur adresser la parole, parfois même avec des mots gentils ?

Enfin Ernest, le poulet « surdoué », réussit un dernier exploit en réunissant les deux tourtereaux. Ensemble, ils cultiveront un secret en même temps que leur terre. Leurs poulets de ferme y trouveront largement leur compte. Car au grand soulagement d'Ernest et de ses congénères, Douglas n'aime que les tartines. C'est sans doute pour cela que sa vache, croquée avec espièglerie par Anaïs Vaugelade, ne rit pas bêtement, mais adresse au lecteur un dernier clin d’œil complice.

 

 

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 22:16

couv petit ane

Écrit par Michael Morpurgo

Illustré par Helen Stephens

Aux éditions Gallimard jeunesse, 2013

Prix : 13 euros

A partir de 6 ans

 

Traité sans ménagement par son maître, Totto part chaque jour à Venise le dos chargé de pastèques. Sur la place Saint Marc, les passants se moquent de sa piètre apparence devant les splendides chevaux d'or qui ornent le palais du doge. Mais la fille de ce dernier fait taire les rieurs, se prenant pour Totto d'une amitié réciproque. Le marchand lui offre une pastèque chaque jour, mais ce que son père veut lui offrir pour son anniversaire, c'est un cheval. Or, le seul qu'elle souhaite avoir auprès d'elle, c'est cet âne aux yeux doux et tristes. Face au refus de son père, elle demande à Totto de la rejoindre la nuit pour s'enfuir avec elle. Il se rend au rendez-vous, et c'est ainsi qu'il sauve les habitants d'une tempête qui s'abat sur la ville en criant pour les prévenir du danger. Le doge et la population lui témoignent leur reconnaissance, et Totto peut enfin passer le reste de sa vie en compagnie de son amie.

 

On ne peut que se réjouir de la fin heureuse de cette belle histoire d'amitié qui fait fit du prestige, des apparences et des conventions, pour rendre hommage à la spontanéité et à la sincérité. Ayant toujours connu la rudesse de son maître, Totto s'émeut de la première caresse qu'il reçoit de la part de cette petite fille aussi douce et sensible que déterminée. Par un précieux concours de circonstances, Totto passe du statut de bête de somme à celui de héros d'une foule et d'un homme de pouvoir. Mais pour la petite fille qui a tout de suite su voir en lui des sentiments échappant aux autres humains, il est immédiatement reconnu comme un être digne d'intérêt et de considération, dans toute sa simplicité. Combien de regards comme le sien se poseront-ils sur tant de Totto moins chanceux, qui croulent si souvent sous leur charge ? Cet album optimiste, talentueusement illustré, pourrait bien faire briller les yeux d'autres enfants au cœur généreux.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 21:04

 

couv copain des animaux

 

Le guide du jeune ami des animaux

 

Écrit par Stéphane Frattini et Stéphanie Ledu

 

Illustré par Loïc Méhée et Corine Delétraz

 

Aux Editions Milan Jeunesse, 2011

 

Prix : 19,90

 

A partir de 8 ans

 

Dans cette collection très prisée par les enfants, Milan relève le défi de traiter un vaste sujet en organisant ce documentaire en dix chapitres complémentaires consacrés effectivement aux diverses formes de la relation humain animal que revendique son intitulé : « copain ». On devine qu'il est abordé sous un angle favorable à une bonne entente entre les uns et les autres. Un cahier pratique permet de s'orienter dans cette somme d'informations grâce à un index, un glossaire, des adresses utiles et un choix de métiers en lien avec les animaux. Une mise en page lisible et colorée accroche le regard, des conseils pratiques peuvent déboucher sur des activités simples et abordables, les photos et les illustrations facilitent une observation attentive : ce « copain » plein de ressources a tout pour être apprécié de ses lecteurs.

 

Si les anecdotes ne manquent par pour entretenir l'intérêt des enfants, l'accent est mis sur la précision et le sérieux des informations fondées sur des bases scientifiques. Rétablissant des vérités et traquant les idées reçues, les auteurs parient sur l'approfondissement des connaissances pour favoriser le respect envers les animaux. La voix de leurs défenseurs se fait entendre, aussi bien envers la faune sauvage qu'en faveur des compagnons de longue date de l'humanité.  De précieux conseils aident à améliorer les relations avec les animaux de compagnie, mais aussi à composer avec ceux jugés « indésirables » ou dangereux. On pourra cependant regretter le manque d'approfondissement de la question de l'élevage, balayée en deux pages axées sur la sélection génétique, sans considération pour l'intérêt des animaux, alors qu'une critique argumentée s'exerce par ailleurs au sujet de l'expérimentation en laboratoire, des trafics et des massacres d'espèces menacées. Mais on appréciera la très belle photo qui conclut l'ouvrage avec cette citation bien connue de Gandhi « On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités ».

Repost 0
Published by libr - dans Documentaire
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:29

 

mon papi

Ecrit par David Bouchard

Illustré par Josée Bisaillon

Traduit de l'anglais par Claire Jobidon

Edition Carré Blanc (les 400 coups), 2009

Prix : 13,90 euros

A partir de 5 ans

 

 

 

 

Une grande tendresse unit un grand père à sa petite fille. Elle sait qu'il est toujours là pour consoler ses chagrins et l'aider à franchir une à une les petites étapes douloureuses de l'enfance : perte de sa peluche favorite, oreilles percées et dents tombées... papi prend sa petite fille dans ses bras et la berce doucement sur son rocking-chair. La chienne Biscotte, compagne fidèle du vieil homme, a aussi sa place auprès de ces deux tendres complices. Mais un jour, alors qu'il doit entrer en maison de retraite, il est obligé de s'en séparer. C'est pour lui, comme pour la chienne, la cause d'un désespoir qu'ils ne peuvent surmonter.

 

Cet album poignant et nostalgique attire l'attention sur une injustice commune et pourtant ignorée : l'entrée en maison de retraite, difficile pour beaucoup de personnes âgées, est aussi le moment où elles doivent renoncer à la compagnie d'un animal qui leur a longtemps réchauffé le cœur. Cette perte affective est douloureuse pour l'un comme pour l'autre, et parfois même, fatale. Le texte musical et poétique dit bien les émotions de la petite fille témoin de ce déchirement que décrivent des images fortement expressives.

Une note en fin d'album rend hommage à un établissement qui, au Canada, a aboli l'interdiction pour ses copropriétaires de détenir des animaux de compagnie. Une décision dont on ne peut que se féliciter quand on a saisi la portée de cette bouleversante évocation.

Repost 0
Published by libr - dans Album
commenter cet article