Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 21:17

un royaume sans oiseaux

Écrit par Baum

Illustré par Dedieu

Aux éditions Seuil jeunesse, 2013

Prix : 15 euros

A partir de 7 ans

 

L'Inde légendaire sert de cadre à ce conte qui dénonce les conséquences tragiques des caprices d'un maharadjah tout-puissant. Celui-ci, affligé par la mort de son oiseau de compagnie, décrète qu'aucun autre oiseau ne doit lui survivre et lance ses gardes dans une chasse sans merci. Râhi tente le tout pour le tout pour sauver ses oiseaux du massacre et part pour un autre royaume où ils n'auront plus rien à craindre. Il chemine, aidé par la complicité du peuple protecteur et ami des petits volatiles.  Mais à la frontière, il se trouve face à une armée décidée à attaquer ce qui devenu le royaume sans oiseaux. Râhi décide alors de renvoyer ses oiseaux avec un message à la patte. L'un d'eux seulement, sauvé par la fille du maharajah, parvient à accomplir sa mission, et permet à l'armée ainsi prévenue, de repousser l'ennemi.

 

Comme souvent dans les contes, les animaux apparaissent  pour récompenser les héros bienveillants et mettre en garde, sinon punir, les égoïstes. Il existe bien des façons d'aimer, et le deuil sanglant que le maharadjah impose à tout son royaume le range assurément dans la catégorie des seconds. Au contraire, le courageux Râhi, les candides enfants, le peuple laborieux et solidaire et la princesse compatissante se liguent contre sa folie meurtrière. Ils sont par nature les alliés des oiseaux, symbole de joie et de liberté. L'encrage puissant des images se découpant sur des fonds brillamment lumineux souligne la splendeur des décors mais aussi la brutalité des armes, telles les flèches transperçant sans pitié les petits corps abattus en plein vol. Les oiseaux paient un lourd tribut à la conclusion de cet épisode tragique, démontrant puisqu'il en est encore et toujours besoin, que l'acharnement contre la vie finit inévitablement par se retourner contre celui qui s'en rend responsable, entraînant malheureusement dans sa perte tout son entourage. A moins qu'un Râhi ne parvienne à anéantir sa sinistre entreprise...

Partager cet article

Repost 0
Published by libr - dans Conte
commenter cet article

commentaires