Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Une sélection commentée de livres jeunesse s'intéressant aux relations humain/animal.

 

Rechercher

Catégories

2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 20:26

 

couv chat perduÉcrit par Jean-Noël Blanc

Illustré par Jean-Claude Götting

Aux éditions Gallimard jeunesse

(Folio junior), 2008

2 euros

A partir de 9 ans

 

Si Rodrigue n'avait pas voulu s'arrêter sur la route du retour des vacances pour permettre à Balthazar de se dégourdir les pattes, son chat ne se serait pas perdu. Car lorsqu'il se rend compte qu'il a oublié de remettre son panier dans la voiture, même si toute la famille retourne sur les lieux pour faire des recherches jusqu'à la tombée de la nuit, le petit félin reste introuvable. En effet, son attention entièrement fixée sur les tentations que lui offre la nature, ce dernier s'aperçoit trop tard qu'il ne peut désormais compter, pour survivre, que sur lui-même. Pendant ce temps, Rodrigue n'arrive pas à se remettre de cette disparition, malgré le soutien de sa sœur et de ses parents. Faut-il se résoudre à ce que ces deux là soient à jamais séparés, malgré l'attachement profond qui les unis ?

 

Dans la peau de Balthazar, l'auteur nous convie à suivre à la première personne le déroulement des péripéties et des épreuves que sa détermination lui permet de  surmonter. « Je suis un chat », dit-il, « et les chats ne se retournent pas quand ils font ce qu'ils ont décidés ». Juste remarque qui révèle une vraie empathie envers l'animal, capable de discerner ses qualités propres, comme la patience, le courage, la tendresse, la vivacité... Parallèlement, on suit l'évolution des sentiments de Rodrigue, auquel il est lié plus qu'à tout autre être humain. Le garçon est d'abord bouleversé par un lourd chagrin, auquel se mêle la culpabilité. Tandis que ses proches s'efforcent d'y mettre un terme par affection pour lui, d'autres enfants le poussent à le nier en accablant de sarcasmes une sensibilité qu'ils assimilent à de la faiblesse. Le monde est tout autant rude, et bien plus dangereux pour le chat, lui aussi rencontrant bienveillance comme brutalité chez les humains, mais également obligé de développer ses talents de chasseur et de combattant parmi les autres animaux. Bien que le danger soit le prix de la liberté, ce n'est pas le confort d'un coussin moelleux ni la certitude d'une gamelle pleine qui guident les pas de Balthazar, mais le souvenir d'une amitié, pour lui indéfectible. Car un chat ne renonce jamais, bien sûr, et les témoignages d'animaux perdus parvenant à regagner leur domicile ressemblent beaucoup à cette émouvante histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by libr - dans Roman
commenter cet article

commentaires